Alimentation anti-déprime

Alimentation anti-déprime

 

 A l’automne le soleil nous délaisse, il y a moins de lumière et de chaleur et nous sommes pris dans la routine, pas étonnant que plusieurs d’entre vous soient frappés par une déprime.

Il n’y a pas un aliment miracle  pouvant avoir un effet anti-déprime, cependant votre assiette et vos habitudes alimentaires peuvent avoir un  lien direct avec votre humeur.

                                                                                     

Voici quelques petits trucs anti-déprime;

Il est d’abord nécessaire  de prendre un minimum 3 repas par jour. Sauter un repas ou ne pas manger suffisamment diminue le taux de sucre dans le sang et peut entraîner de l’irritabilité. À ce sujet, quelques études ont noté que les gens qui prennent un petit déjeuner complet sont de meilleure humeur que ceux qui jeûnent le matin.

Certains éléments composants votre assiette sont particulièrement importants pour garder le moral.

Assurez-vous de consommer quotidiennement des produits à grains entiers et des légumes colorés (verts, orangés), ils vous procurent des vitamines du groupe B et de l’acide folique.

Ces dernières interviennent dans de nombreuses réactions de l’organisme, notamment au niveau du système nerveux, l’acide folique est impliqué dans la synthèse des neuromédiateurs, les messagers chimiques qui permettent aux neurones de communiquer entre eux. D’ailleurs une carence en vitamines du groupe B ou encore en acide folique peut mener à la dépression.

Un autre élément à surveiller, le fer. Saviez vous qu’une anémie causée par une carence en fer entraîne une fatigue qui peut mener à la dépression. Votre médecin pourra vérifier si vous avez une carence en fer. Mais vous pouvez toujours prévenir en consommant régulièrement des aliments qui en contiennent.

La réduction des heures d’ensoleillement à l’automne réduit notre possibilité de synthétiser la vitamine D. Desétudes ont démontré qu’une carence en vitamine D est associée à une augmentation des dépressions. L’alimentation à elle seule peut difficilement assurer un apport adéquat, il est donc suggéré de prendre un supplément en particulier durant l’automne et l’hiver. N’hésitez pas à vous  informer auprès de votre médecin ou pharmacien ils pourront vous renseigner sur les doses à prendre.

Le cerveau est exceptionnellement riche en acides gras oméga-3 et des chercheurs ont découvert que le cerveau d’une personne souffrant de dépression contient des concentrations plus faibles d’oméga 3  que celui d’une personne en santé. Intégrer les poissons gras 2-3 fois par semaine (maquereau, hareng, saumon, truite, thon) ils vous aideront à faire le plein et votre cerveau vous remerciera surement!!

Les aliments  que nous aimons peuvent aussi nous procurer du plaisir. Le plaisir gourmand se traduit par l’augmentation du taux sanguin de béta-endorphine, un opiacé endogène qui provoque une sécrétion accrue de sérotonine, un neurotransmetteur aux vertus apaisantes.
Sachez que la mauvaise humeur ou l’irritabilité encouragent parfois la prise d’aliments « réconfortants », comme le chocolat ou autres friandises. Il faut cependant comprendre que l’effet ne dure qu’un instant, les friandises ne peuvent  donc pas être à elles seule la solution, mais à l’occasion, pourquoi pas? Si ce simple geste peut vous aider à  vous remettre « sur le piton »!

 

Julie Rajotte, Dt.P. (B.Sc.)