JE VEUX ÊTRE COMME LA FILLE OU LE GARS SUR LE « COVER » DU MAGAZINE!

  • As-tu 12-15 heures par semaine à consacrer à l’entraînement?
  • Penses-tu être capable de traîner ta nourriture pour la journée, 7/7 jours pendant 15 semaines?
  • Crois-tu être assez fort(e) mentalement, assez discipliné(e) pour amener ton repas chez des amis ou même au restaurant? À la cabane à sucre?
  • Es-tu prêt(e) à faire face au « rebound » causé par la privation, qui suivra après?
  • Es-tu prêt(e) à peser TOUT ce que tu manges?
  • Es-tu prêt(e) à comprendre, qu’à moins de gagner sa vie comme ça, c’est atteignable, mais pratiquement impossible à maintenir?

Eh oui, c’est ce que ça prend. Ce que vous voyez dans les magazines n’est que du temporaire.

C’est la mise à jour que nous avons dû faire suite à la compétition de fitness de Mélissa en 2012.

Bonjour. Nous sommes Mélissa Boisjoli et Guy Jr Pilon, entraîneurs et propriétaires de Mel Fitness et OBSTACLES par Mel Fitness. Nous sommes deux passionnés de l’entraînement au sens large. Pour nous, le gym n’est pas un sport en soi, mais un outil, parmi tant d’autres, pour améliorer notre qualité de vie et nos performances dans les sports.

Il arrive régulièrement que nous devions écrire un petit article pour faire la mise au point sur des commentaires qui reviennent souvent ou pour ventiler certaines frustrations que nous avons. Par le biais de ….nous aurons l’opportunité de faire exactement cela. Parfois, les articles seront plus factuels et détaillés et d’autres fois, ils illustreront une série de stéréotypes ou de croyances qui devront être démystifiés. Malgré que certains propos choqueront certaines personnes, car nous ne prenons pas de détours inutiles, ils seront toujours parsemés d’humour et d’anecdotes.

Donc, les premières lignes vous donnent une idée du sujet qui sera traité lors du prochain article. Il serait impoli de poursuivre sans que nous nous présentions au préalable.

Mélissa Boisjoli

musculation-prise-de-sangEntraîneure personnelle de profession depuis maintenant 8 ans. J’ai toujours été poussée par le désir de me surpasser. J’ai débuté ma carrière sportive en tant que joueuse élite de volleyball, participant et remportant plusieurs championnats Canadiens. Après quelques années à me battre contre ma nature, professionnellement parlant, j’ai finalement débuté ma carrière d’entraîneure personnelle. Au fil des ans, j’ai su acquérir une expérience dans plusieurs domaines de l’entrainement et des sports en général : programmes personnalisés, perte de gras, spinning, entraînements extérieurs, compétitions de fitness, courses à obstacles, conseillère en nutrition, etc.
Parmi la multitude d’aspects que je trouve important concernant l’entraînement, celui qui est primordial à mes yeux est la qualité d’exécution de chaque mouvement. De cette manière, chaque minute passée à répéter un mouvement compte et est efficace, rendant les résultats plus rapides et permanents.

Guy Jr Pilon

prise-de-sang-sportifEntraîneur depuis maintenant 2 ans (plus les 6 années à suivre Mélissa) et sportif depuis toujours. Il y a peu de sport que je n’ai pas essayé. Mais celui qui m’a passionné pour la majeure partie de ma lointaine jeunesse fut le volleyball (il y a un lien ici…) Je suis animé par le même désir de performance que Mélissa. Pour nous, faire quelque chose pour le simple plaisir, c’est difficile. J’ai eu la chance de côtoyer des gens passionnés de différents sports au fil des ans et j’ai appris beaucoup. Ce sont les courses à obstacles par contre qui m’ont poussé à devenir entraîneur. Pour moi, ainsi que Mélissa, cette discipline est un tremplin idéal pour les gens démotivés de l’entraînement habituel.
De faire redécouvrir le goût de bouger aux gens est vraiment gratifiant. Il y a beaucoup d’ingrédients nécessaires à la réussite d’un projet, mais celui que je recherche le plus chez les gens c’est le désir du dépassement, le goût de repousser ses limites.

Les formalités étant faites, nous passerons aux choses importantes lors de notre prochain article. Pour simplifier les choses, nous écrirons à la première personne. Pour dire vrai, la rédaction c’est moi qui la fais, Guy. Par contre, Mélissa est celle qui inspire les sujets de par toutes les expériences qu’elle m’a partagées au cours des dernières années. De plus, comme toute bonne patronne (certains diront Germaine), elle délègue et corrige le tout par la suite et je lui en suis totalement reconnaissant.

Comme mentionnées, certaines de nos opinions toucheront des cordes sensibles chez certaines personnes. Nous ferons tous nos commentaires avec le plus grand respect, mais la vérité est parfois difficile à entendre. Je suis le premier à être sur la défensive lorsque critiqué, mais j’ai appris qu’il y a deux raisons pour cette réaction; une bonne et une mauvaise. La mauvaise, c’est lorsque la critique frappe dans le mille. C’est difficile à avaler et je réagis en attaquant ou en discréditant la personne qui me la fait. Pourtant, je devrais remercier cette personne et utiliser ses commentaires pour m’améliorer. Facile à dire, plus difficile à faire.

Maintenant, la bonne raison de se rebuter à la critique c’est lorsqu’elle provient d’un con. Et croyez-moi, dans notre domaine, il y en a une myriade! Il y a ceux qui sont incompétents, ceux qui ne se renouvellent pas (il y a une différence entre “old-school” et “has-been”), ceux qui ne sont pas professionnels, les endoctrinés qui ne croient en rien sauf en ce qu’ils croient, etc., etc.

Alors, si mes propos vous choquent à un certain point, avant de ruer dans les brancards, prenez quelques grandes respirations et demandez-vous si votre réaction, et soyez honnêtes, est bonne ou mauvaise. Dans la majorité des cas, vous trouverez que c’est parce que j’aurai touché une corde sensible. Dans les autres; que voulez-vous, nous sommes tous le con de quelqu’un d’autre…

Sur ce, passez une belle journée. Je vous laisse avec une phrase qui m’est restée de Mike Gervais (et je ne sais pas si elle est de lui) qui était mon formateur lors de ma certification :

“Il n’y a pas de limite, seulement votre perception de celle-ci”